Philo aux Bains 2023

Quelle évolution pour la langue des signes à Genève?

Dimanche 24 septembre 2023 à 10h00

Dans le cadre de l’exposition « Portraits parlés » aux Bains, ce café-philo se penchera sur le quotidien des personnes sourdes pour tenter de mieux comprendre cette communauté trop souvent ostracisée en ouvrant le dialogue et l’échange entre les entendant·es et les sourd·es. Nous tenterons notamment de réfléchir ensemble aux nombreuses évolutions de la langue des signes à Genève comme autant d’adaptations nécessaires comme des réponses sociales, culturelles et linguistiques à la perte auditive.

Les invités :

Frédérik est un artiste sourd, peintre, illustrateur et bédéiste. Né en 1974, il vit à Genève, il a commencé à dessiner à l’âge de 5 ans pour ne plus lâcher son crayon. En 1995, il obtient son diplôme de décorateur de théâtre. La RTS et la presse lui confient plusieurs mandats en tant que conteur et dessinateur. Depuis 2008, son projet sur l’Histoire des Sourds l’occupe à plein temps; réalisé sous forme de grands tableaux, peints à la gouache en y mêlant une technique picturale unique, ils représentent des personnages emblématiques, une époque, une thématique, liés à la surdité. Ces peintures, déjà très remarquées par le public lors d’expositions, sont nourries d’un symbolisme puissant et très colorés ; elles nous racontent l’Histoire des Sourds, son
monde intérieur.

Jaime Barria est un artiste hip-hop et blogueur genevois d’origine chilienne et colombienne. Passionné par l’événementiel, il excelle en tant qu’entrepreneur et organise également des cafés philosophiques. À l’Université de Genève, sa recherche portait sur la population sourde genevoise, dans le but de créer une visite guidée mettant en valeur leur histoire, culture et arts. Il a notamment exploré l’émission « Signes » de la RTS et la traduction de la bible en LSF. La visite s’est terminée au restaurant VROOM, et a permis de découvrir la richesse de la culture sourde genevoise.

Le café-philo aura lieu sous la yourte. Entrée libre.

Basile Zimmermann: Comment résoudre la crise de humanités?

Dimanche 1er octobre à 10h00

Cela va bientôt faire cinquante ans que nous traversons ce que certain·es nomment la crise des humanités: les départements de Lettres et des sciences humaines des Universités voient, au mieux, leur budget ou leur effectif réduit d’année en année ou, dans le pire des cas, sont contraints de fermer. Peut-on y voir une incapacité de certains milieux académiques à se renouveler et à « coller à l’air du temps »? Ou est-ce tout simplement parce que ce type d’études intéresse de moins en moins les étudiant·es? Et que peuvent faire ces départements pour intéresser à nouveau les étudiants et pour une prendre part plus active dans la construction citoyenne et artistique nécessaire plus que jamais aujourd’hui?

C’est en compagnie de Basile Zimmermann (auteur) et Marco De Francesco (illustrateur) que nous aborderons ces questions, en lien avec la publication de leur ouvrage Humanités Populaires, la Culture des Objets.

Basile Zimmermann est maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Genève. Il dirige l’institut Confucius et s’intéresse tout particulièrement à l’Asie et aux objets et cultures numériques.

Marco De Francesco est un artisan numérique basé à Lausanne.

La discussion aura lieu sous la yourte aux Bains des Pâquis, entrée libre. La présentation sera imagée par Marco De Francesco et Dimitri Delcourt.

Impératifs de réussite et souffrance morale avec Annie Coll

Dimanche 28 mai 2023 à 10h00 – Revoir la discussion en ligne

L’obligation de prendre toujours plus de plaisir, le culte de la réussite sont les lignes de force de notre époque. Dès lors, la souffrance morale est devenue une intruse, un sujet tabou. Les personnes qui vont mal subissent une double peine. Au sentiment d’échec, vient s’ajouter la honte inavouable de la souffrance morale.

Dans son dernier livre, En Finir avec la culpabilité, retrouver la joie, Annie Coll tente de montrer que la souffrance fait partie de la condition humaine, et qu’elle n’enlève rien à la possibilité de la joie, si on sait la tenir à bonne distance.

Dans ce café-philo, c’est en compagnie d’Annie Coll que nous explorerons aussi bien les questions liées aux impératifs de réussite qu’à celles ayant trait à l’échec, à la souffrance morale.

Annie Coll enseigne la philosophie à Dinan depuis 1991, milite pour différentes causes et publie des poèmes et des articles politiques dans différentes revues.

Retrouvez-nous sur la jetée des Bains des Pâquis en cas de beau temps ou sous le couvert de la buvette s’il pleur, le dimanche 28 mai à 10h00. Entrée libre.

Quelle place pour l’individu dans la société? avec Mark Hunyadi

Samedi 17 juin 2023 à 10h00 – Revoir la discussion en ligne

L’individu moderne est né comme une promesse de liberté. Mais passé le temps de ses victoires, il est aujourd’hui lui-même asservi, au sein d’une planète menacée. L’éthique de la défense des libertés et des droits individuels, jadis émancipatrice, mène à une impasse, et l’individu à de nouvelles servitudes, notamment numériques. La source de ces périls : la révolution qui intronisa, au Moyen Âge, la volonté comme faculté suprême de l’homme, au-dessus de la raison. À cette volonté, il est difficile d’imposer des limites. C’est pourtant indispensable. Il faut désormais protéger les individus et les esprits comme on protège les fonds marins. La survie est à ce prix.

Dans son dernier livre tout récemment paru, Le Second âge de l’individu. Pour une nouvelle émancipation, Mark Hunyadi explore de nouvelles voies pour sortir des impasses dans lesquelles nous ont enfermé l’individualisme moderne et son éthique des droits. Il est résolument tourné vers un avenir constructif, et formule une proposition audacieuse pour l’avenir de nos sociétés : déclarer l’esprit patrimoine commun de l’humanité, comme les fonds marins.

Dans ce café-philo, c’est en compagnie de Mark Hunyadi que nous explorerons aussi bien les questions liées à la place de l’individu dans la société que celles liées à sa liberté.

Né en 1960 à Genève de parents qui s’étaient réfugiés de Hongrie quatre ans plus tôt, Mark Hunyadi est actuellement professeur de philosophie sociale, morale et politique à l’Université catholique de Louvain (Belgique). Il a fait ses études à Genève, Paris et Francfort, auprès de Jürgen Habermas avec qui il a travaillé pendant deux ans, avant d’obtenir son doctorat à Genève en 1995 (direction : Jean-Marc Ferry). Il fut professeur de Philosophie morale et appliquée à l’Université Laval de Québec de 2004 à 2007. Il a fondé en 2010 le Centre Europé à l’UCL, où il fait également partie de Louvain Bionics, un centre de recherche consacré à l’interface entre robotique et médecine. Il rend compte régulièrement de l’actualité philosophique dans le Supplément littéraire du Temps (Lausanne/ Genève).

Mark Hunyadi est également Professeur associé à l’Institut Mines-Télécom de Paris (Chaire VP-IP: Valeurs et politiques des Informations personnelles), Membre du Comité éthique d’Orange (France) et membre du Comité éthique en commun INRAE-CIRAD-IFREMER-IRD (qui sont 4 instituts de recherche français de recherche publique.[1]

Retrouvez-nous sur la jetée des Bains des Pâquis en cas de beau temps ou sous le couvert de la buvette s’il pleur, le samedi 17 juin à 10h00. Entrée libre.

Le geste, danse et poésie avec Sylviane Dupuis et Dora Kiss

Samedi 6 mai à 11h00

«Facile de reconnaître une personne qui est sur le bon chemin. Lorsqu’elle a atteint son but elle ne marche plus, elle danse.» (Nietzsche)

Aux Bains des Pâquis la fête de la danse est mise à l’honneur !

Après le vernissage de l’exposition «Danse et poésie, Poésie et danse», créé par Dora Kiss, présente lors du vernissage du 3 mai prochain, nous vous préparons un Café Philo – en présence de Dora Kiss, auteure de l’exposition, et Sylviane Dupuis, poétesse et chercheuse – pour une discussion sur l’art du mouvement et des mots sous différentes facettes. Il s’agira de mettre en lumière les origines de la danse libre, de la poésie et les liens entre deux disciplines artistiques incontournables qui engagent le corps, l’émotion, la parole, la liberté. Chacune sont une forme de contre-pouvoir repoussant, depuis leur existence, les limites établies une réalité que nos deux invitées sauront argumenter de leurs pratiques et de leur passion respective pour l’art.

Dora Kiss, est titulaire d’un master en littérature française et d’un doctorat en musicologie et en recherche en danse. Bénéficiaire de plusieurs bourses suisse, elle est lauréate du prix « Patrimoine de la danse suisse » lancé par l’Office fédéral de la culture, qui contribue à financer un projet de métacatalogue suisse des écrits de la danse dont elle coordonne la réalisation.

Sylviane Dupuis, est poète, auteure de théâtre et essayiste en plus d’enseigner la littérature au collège et à la Faculté des Lettres de Genève. Lauréate du Prix C.F. Ramus de Poésie en 1996, sa pièce La Seconde Chute a été traduite en plusieurs langues et elle a collaboré avec plusieurs metteurs en scène comme dramaturge et entretient un lien permanent avec d’autres arts tels la danse, la peinture ou la photographie.

Liberté d’expression, militantisme et écriture inclusive avec Ralph Müller

Dimanche 14 mai 2023 à 10h00 – Revoir la discussion en ligne

A l’heure où les événements en mixité choisie sont de plus en plus fréquents (débats interdits aux hommes cisgenres, rencontres auxquelles les non racisé·es ne sont pas les bienvenu·es, etc.), où les désirs de reconnaissance – ou d’inclusion – de presque toutes les individualités fleurissent, où le dialogue public entre différents groupes parait de plus en plus difficile, il nous semble plus que jamais pertinent de réfléchir aux nombreuses questions relatives à la place de ces dynamiques identitaires, ainsi qu’aux limites des cloisonnements de la société.

Faut-il interdire l’écriture inclusive ? Quelle place pour les intérêts individuels ? Quelles limites et quelle place pour la liberté d’expression ? Quelles limites au militantisme ?

C’est en compagnie de Ralph Muller, doctorant en littérature française à l’Université de Genève et YouTuber au nom de Ralph La Cartouche, que nous aborderons ces questions et bien d’autres encore aux Bains des Pâquis, sous la yourte. Entrée libre.

La nourriture au ventre des relations internationales avec Alessandra Roversi

Samedi 1er avril 2023 à 14h30

Au fil des siècles, la nourriture a souvent été pensée, patrimonialisée et instrumentalisée afin de transmettre des messages non verbaux – viscéraux. Le choix des ingrédients et la disposition des convives lors de certains repas historiques ont permis de mieux «ingérer» des paroles ou de mieux «digérer» un accord. À partir d’anecdotes et de moments-clés, ces enjeux internationaux, de la guerre du chou chinois à Ronald Reagan, en passant par la truffe du Piémont et la K-pop, sont décodés.

C’est dans le cadre du Festival Histoire et Cité en compagnie d’Alessandra Roversi, consultante en communication et culture de l’alimentation ainsi qu’en consommation durable, que les Bains des Pâquis vous proposent un voyage culinaire pas comme les autres… vous ne verrez plus jamais votre assiette de la même manière!

Rendez-vous aux Bains, sur la jetée et sous la yourte pour cette discussion qui sera retransmise en direct sur Facebook Live.

Quelle place pour les intelligences artificielles? avec Lê Nguyen Hoang

Dimanche 30 avril 2023 à 10h00

Ces dernières années, l’intelligence artificielle a progressivement investi des domaines aussi nombreux que variés : santé, finance, transport, sécurité, enseignement, informatique, arts, etc., à tel point qu’il est devenu difficile de s’en passer. Malgré cette accoutumance progressive, depuis le 30 novembre 2022, avec l’arrivée de la troisième version de ChatGPT – un agent conversationnel fondé par la startup OpenAI – beaucoup ont découvert avec fascination et effroi que bien des choses allaient radicalement changer dans un futur très proche. Certains parlent d’une révolution aussi importante que l’arrivée de l’Internet, d’autres prédisent le déclin de Google ou la disparition de nombreux métiers tels qu’on les connait aujourd’hui. D’autres encore s’inquiètent d’une éventuelle fin de l’humanité, de la disparition progressive de l’écrit ou encore de l’explosion de fake news et deep fakes, fragilisant encore un peu plus nos démocraties déjà malmenées.

C’est en compagnie de Lê Nguyen Hoang que nous vous proposons d’aborder de nombreuses questions brûlantes sur la place de l’intelligence artificielle dans les sociétés du XXIe siècle, sur les risques, les dangers et les opportunités que ces dernières pourraient amener.

Détenteur d’un postdoctorat au MIT, Lê Nguyen Hoang est chercheur à l’EPFL, notamment en éthique des intelligences artificielles. Il tient par ailleurs une chaine YouTube de vulgarisation scientifique, Science4All, et est auteur et coauteur de plusieurs ouvrages.

Le café-philo aura lieu aux Bains, dans la yourte (qui se trouve sur la jetée) et sera diffusé en direct sur Facebook Live.

Rejoignez-nous pour discuter de ces questions centrales!

10 ans de guerre en Syrie avec Garance Le Caisne

Samedi 11 mars 2023 à 10h00

Garance Le Caisne, réalisatrice et écrivaine, présentera son dernier livre « Oublie ton nom, Mazen el Hamada itinéraire d’un disparu », récit dramatique d’un jeune Syrien ayant fui la Syrie. Arrivé en Europe, il deviendra le porte-parole d’une génération de réfugié·es, et l’un des rares Syrien·nes à dénoncer publiquement les supplices subis dans les prisons de l’État.

Ce café-philo en collaboration avec le FIFDH sera l’occasion de partir du livre de Garance Le Caisne pour aborder des questions plus larges se rapportant à la guerre en Syrie, aux droits humains et aux droits des réfugié-es.

Le café-philo aura lieu sur la jetée des Bains, sous la yourte, et sera retransmis en direct sur Facebook Live.

La Vie devant elle de Manon Loizeau

Dimanche 12 mars 2023 à 10h00

Dans le cadre du FIFDH, les Bains des Pâquis vous propose une projection et une rencontre, les pieds dans l’eau, sur la jetée des Bains, sous la yourte. L’occasion de découvrir un des films en compétition focus, « La vie devant elle », un récit, journal intime d’Elaha, jeune afghane de 14 ans. La projection sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice, Manon Loizeau.

« La Vie devant elle » est le journal intime d’Elaha, jeune Afghane de 14 ans, qui se filme avec une petite caméra pour raconter son histoire. À travers son récit, le film dépeint la réalité des enfants qui grandissent sur la route, balloté·es d’un endroit à l’autre pour fuir des conflits dans l’espoir de retrouver une vie normale. Accompagnée par les compositions musicales d’Emily Loizeau, Elaha nous invite à réfléchir, avec émotion et légèreté, au parcours migratoire et à ses implications ; la solitude, la fatigue mentale ou encore l’instabilité.

Entrée libre, pas de réservation possible.